Vegan pendant 1 Mois : J’arrête tout ?!

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Donc voilà je me lance dans ce premier mois avec une alimentation entièrement végétale et je me suis senti un petit peu bizarre de temps en temps, je pense que c’est normal, c’est la transition et je sens que j’ai peu d’énergie. En fait l’impression d’avoir peu de force aux nouvelles c’est que globalement c’est beaucoup mieux que la dernière fois que j’en ai discuté. Voilà, on arrive donc à la fin de ce mois 100% végétalien et c’est le moment donc de tirer quelques bilans finaux sur cette expérience ainsi que de voir comment je compte procéder pour la suite.

Début du test au 1er Décembre

Ok, on est donc le samedi 1er décembre et aujourd’hui, comme tu le sais probablement via le titre, je commence enfin, je suis vegan aujourd’hui. Le but de cette expérience, alors déjà, c’est une expérience personnelle, le but c’est déjà de voir un petit peu comment ça va impacter tous les domaines de ma vie tous les jours, et aussi parce que à terme, j’aimerais bien pouvoir me détacher de l’alimentation animale autant que possible. Je t’avoue que là où je me sens le plus concerné c’est vis-à-vis de la planète, parce que la planète… on habite dessus, les animaux habitent dessus. On est tous là dessus et on ferait bien d’en prendre un petit peu soin que si j’ai choisi cela c’est pas par hasard, c’est parce qu’il y a les fêtes de Noël.
Il y a les fêtes de fin d’année, ça va pas forcément être facile ou pratique mais c’est le but, parce que je veux que l’expérience soit complète qu’elle soit représentative, voilà, c’est pas que ce soit forcément facile non plus. Bon, voilà, je te dis à tout de suite, pour Eric du futur et moi je me dis à dans un mois.

Après 1 semaine

On est du coup le samedi 8 décembre, c’est donc une semaine que j’ai complètement, du jour au lendemain, switché depuis mes habitudes d’avant qui étaient clairement de manger de la viande et des produits laitiers très régulièrement.
Petit bilan de cette première semaine d’alimentation 100% végétale. Déjà, ça fait un petit choc au niveau des habitudes alimentaires, c’est bien normal quand tu passes du jour au lendemain, tu changes tout comme ça. J’ai l’impression qu’effectivement, notamment de la quantité de fibres que je mangeais tout ça déjà les toilettes où il va mais la fin elle est bien là enfin les biens elle est bien vite assez. J’ai fait de mon mieux pour manger les meilleures sources de protéines et en quantité suffisante dans ma tête parce que je ne devais pas compter et je me suis senti un petit peu bizarre de temps en temps. Je pense que c’est normal, c’est la transition. Le point le plus important à noter c’est mes entraînements. En fait bon on est jeudi, je me suis entraîné là, juste maintenant, je me suis entraîné mardi et je suis obligé de reconnaître que ces deux derniers entraînements : moins de puissance, moins d’énergie, un peu lourd. Je suis pas exactement sûr de ce que c’est, j’avais pas envie de compter ce que je mange parce que je ne pense pas que c’est ce que quelqu’un de normal ferait en vrai. Mais je pense je vais pas tarder à compter parce qu’il faudrait que je sois sûr que je mange assez de protes, ah c’est tout simplement parce que c’est réglé. C’est l’impression que j’ai vraiment, et puis m’entraîner à jeun je ne sais pas si je vais continuer non plus, bref on se tient au courant.
Je dis clairement que je n’ai pas eu du tout une performance optimale dans mes entraînements, j’ai l’impression d’avoir peu de force, peu d’énergie. Je peux te lancer un truc, bien je le fais, je suis j’arrivé à l’entraînement, je suis en forme, je suis motivé, tout ça, et lance 2-3 trucs, et la boue… Tout d’un coup boom, eu le niveau de force et d’énergie de mon corps, j’ai l’impression que par piégeage et faire péter la moitié, j’ai à peine commencé. Donc ça c’est quelque chose que qui me fait me poser certaines questions, j’ai pas envie que ça pénalise mes entraînements. Et si ça pénalise mes entraînements c’est mon comportement, et c’est ce que je fais parce que je suis convaincu que c’est largement compatible. C’est juste que je n’ai pas mis en place les choses suffisamment bien, j’imagine ce que je compte faire c’est probablement compter un petit peu ce que je mange. Pointures au niveau des glucides, au niveau des protéines, et au niveau des calories, parce que si ça se trouve, je ne mange pas assez et on va voir comment ça se passe.

On adapte

Là j’ai décidé d’adopter quelques petites modifications, notamment je me rends compte que moi j’adore tu vois, j’adore le sucre, j’adore ce qui est sucré, les biscuits, les trucs comme ça, j’aime beaucoup. Je me suis toujours permis d’en avoir parce que tout le monde peut se permettre, à mon avis, si c’est un petit peu. Et là en fait, c’est quelque chose que j’avais pas mal coupé, tout simplement parce que j’avais pas pris la peine d’aller en acheter, donc, j’ai changé ça. J’ai l’intention de me faire plaisir le soir parce que j’avais l’impression, la fin de la semaine là, de moins apprécier ma nourriture quand même. Alors je sais tu vas me dire « il faut que je varie ce que je mange », tout ça je fais, je fais ce que je peux et je t’assure que mon but c’est être plus content là dessus. Aussi je viens de recevoir notamment des protéines en poudre, j’ai choisi des protéines de pois chiches, j’aimerais bien essayer, j’aimerais bien probablement me complémenter un petit peu ce niveau-là histoire de me laisser plus de liberté sur ce que je mange. Devoir faire un tout petit peu moins attention, les protéines, et j’aimerais garder un niveau de protéines assez élevés, notamment pour voir si lorsque je le contrôle à un certain niveau mes performances, mon énergie et tout ça peut se stabiliser comme il faut. Donc on va voir mon but pour la suite, c’est d’avoir un tout petit peu plus de variété dans ce que je mange, ça c’est à moi de l’introduire et d’essayer de stabiliser mon estomac mes intestins parce que ça c’est quelque chose qui les remue pas mal en ce moment, et mon énergie et mes entraînements.

La réaction du corps

Donc on va voir, on va voir, première semaine pour l’instant, c’est un petit choc pour le corps mais c’est normal à mon avis. Alors on est le 21 décembre et du coup petit bilan de ces deux dernières semaines d’alimentation 100% végétale. Et la bonne nouvelle c’est que globalement, comme j’avais dit la dernière fois, j’ai décidé maintenant de régulièrement faire plus attention aux quantités de protéines que je mange. Typiquement, j’ai essayé de viser 140-150 grammes par jour et là, je les ai compté pendant plusieurs jours de suite, histoire de voir un petit peu à quoi ça ressemblait vis-à-vis des quantités que je mangeais des aliments que je mange. J’ai aussi du coup instauré régulièrement un petit shaker de protéines de pois chiches, 40 grammes de poudre, ça fait à peu près 30 g de prot et ça aide quand même bien à atteindre le quota journalier que j’avais envie d’avoir histoire de pouvoir déceler un petit peu si ça ça pouvait corriger. Mais mes baisses de performance, d’humeur et d’énergie, et tout ça, tout ça.
Mon poids est resté stable depuis le début, du coup je suppose que je mange suffisamment en termes de calories. c’était peut-être niveau des macros et du coup des protéines et d’autres petites choses, et tout ce qui était temps d’adaptation que ça pouvait pêcher un petit peu au niveau de l’alimentation en général. J’ai changé pas mal de choses, aussi j’ai décidé d’incorporer des nouvelles choses, typiquement des biscuits, du chocolat le soir, je me fais pas quatorze paquets par soir mais un petit peu de sucre, comme ça, de pur sucre. Moi ça me fait du bien, ça me fait du bien au corps, ça me fait du bien au cerveau, ça me fait du bien dans ma vie, je me sens juste mieux. Et puis voilà,
comme je l’ai dis, je pense qu’il n’y a pas de vraiment de problème d’intégrer ça dans un régime alimentaire, autrement à peu près équilibré. J’ai continué le jeûne intermittent, il n’y a pas de problème avec ça, ça ne compte pas, je ne compte pas changer. Franchement, ça me ça me va très bien, mes intestins se sont aussi beaucoup calmés après la première semaine. Vraiment la première semaine c’était, je te dis, les gaz, les machins, et pas que les gaz, et tout le reste. C’était un truc de ouf, c’était pas très agréable, ni pour moi, ni pour mon entourage. Comme tu peux te douter, là ça va, ça va beaucoup mieux maintenant, alors les gaz et tout ça c’est bon, c’est parti. Par contre, les ‘caca’ (on va dire ce que c’est), c’est du lourd, vraiment, là maintenant j’y vais tous les jours, tous les jours. Honnêtement, j’ai battu des records personnels, assez de façon assez magnifique, ouais enfin bref… Disons que quand tu sors des toilettes, là tous les jours, tu as vraiment l’impression d’être purgé, d’être en bonne santé. Tout ce qu’il faut, que ce soit un placebo ou pas, tu vois le fait de moins, non voilà on s’est compris, passons à autre chose.

2 semaines plus tard : les Fêtes de fin d’année

Le 15 décembre je crois que c’était le 15 samedi dernier, j’ai eu mon premier gros repas de noël familial. Oui on le fait assez tôt, mais comme ça il y a tout le monde. C’était sous la forme d’un gros buffet, heureusement, on n’était pas tous atteints but tu vois, pas ce que déjà il y a bon pas mal de gens que j’ai pas l’occasion de voir très souvent. Du coup, je devais déjà discuter un petit peu du fait que mon métier c’est de faire des vidéos sur internet tu vois. C’est déjà quelque chose à raconter, j’avais pas, en plus, envie de devoir expliquer « ces histoires » de végétal et de devoir un petit peu influencer tout le monde vis-à-vis de ça parce que personne n’est végétalien dans ma famille. En l’occurrence donc, j’avais prévenu personne, j’avais prévu un petit peu le coup en mangeant suffisamment à midi parce que je me doutais bien qu’il n’y aurait pas énormément de choses pour moi étant donné que j’ai pas pris la peine de préparer grand chose non plus. Donc le soir même je me suis quand même pas mal retrouvé à manger de la salade, il y avait de la salade, puis du pain, c’est un petit peu tout ce que j’ai mangé. Les desserts et tout le reste j’ai pas du tout pu y toucher, en l’occurrence c’est pas un problème tu vois, j’avais prévu qu’au juste ça se passerait comme ça et ça faisait un petit peu partie, pour moi, d’une petite épreuve à surmonter. Peut-être quelque part, à la base, parce que je savais que Noël se passe comme ça normalement tous les ans. Mais au final, c’était très sympa, tout s’est bien passé, je n’ai pas faim, je ne me suis pas senti bizarre, différent ou bien privé tu vois. Non, ça allait très bien, j’ai plus trop envie de devenir, honnêtement, j’ai plus vraiment envie de manger de viande.
On va vite faire un petit top des hits sur mes entraînements du coup, parce que c’était vraiment pas « ouf » la première semaine, vraiment très mauvais ressenti. Au final alors, terminé l’entraînement et trop content aujourd’hui, deux séances comme à l’ancienne, séances comme quand je mangeais de la viande. Trop bien, je suis content c’est bien. Cela s’est complètement inversé du coup parce que je j’ai refais un niveau d’énergie d’humeur normal. Mes performances sont revenues à la normale, je les ai même un petit peu améliorées parce que enfin, c’est comme ça. C’est pour ça qu’on va s’entraîner dans le but, c’est de faire toujours mieux, et j’ai pu reprendre une certaine progression ce niveau là. Un niveau d’humeur d’énergie à nouveau comme ça, tout en hausse et c’était trop bien, j’étais trop content, j’étais trop content. Et c’est ce sentiment de bonheur et de soulagement aussi parce que je me suis dit, bon j’espère je ne vais pas me sentir mal pendant trois semaines de suite.
Voilà c’était très certainement la phase d’adaptation et aussi toutes les adaptations que j’ai fait à ce que je mange. Introduire plus de variétés, plus de protéines, je pense que tout ça, ça use. Cela a eu son petit effet quand même, et donc la suite des opérations c’est que le 24, donc dans deux trois jours à midi, je vais manger avec ma famille. Là pour cette occasion, j’ai prévu de cuisiner quelque chose que je partagerai un petit peu, à la prochaine update on en parle. Tous bientôt du coup à Lectoure jeudi 27 décembre, petit update post Noël, post fête de famille. Déjà il y a eu la première fête de famille avec ma petite famille, avec juste mes parents, mes frères et soeurs et les copines le 24 décembre lundi à midi. Et là du coup j’avais pu prévoir un petit peu le coup au niveau de la nourriture parce que là, mais les parents sont au courant que je mange végétalien, et donc on a pu préparer tout ça. Moi en l’occurrence, je me suis occupé de faire l’entrée et le dessert de ce repas, en entrée et j’ai fait un foie gras, ou plutôt un faux gras à base de pois chiches et de champignons, avec pas mal d’autres choses dedans. C’était c’était pas mal du tout, le but c’est que ça ressemble à du foie gras au final, et le résultat est pas si mal, même si comme d’habitude ce n’est pas aussi bien que sur les les photo, qu’on peut trouver sur internet dans les recettes, et en plus se bat tout le monde a trouvé ça plutôt bon. Alors ça pas le goût de foie gras évidemment, mais c’est même pas si lointain tu vois, il suffit d’un petit peu d’imagination et puis on y est tu vois. Sans avoir tué deux canards donc c’est normal, c’est pas mal du tout en plat principal. Il y avait, du coup, la dinde, tu vois la grosse bonne dinde de Noël que mon père fait tous les ans, franchement elle était géniale vraiment hyper bonne, soit bien onctueuse. Eh je rigole évidemment, j’ai pas mangé de dinde vois-tu, et j’ai mangé que la farce vegan que mon père avait faite à côté, à base de carottes et de châtaignes. Voilà qu’elle est très bonne mais c’est vrai que là du coup, forcément, j’ai pas mangé la dinde. Par contre le dessert, la bûche de Noël glace et framboise citron version vegan à base de yaourt ou de soja et de crème de coco c’est moi qui l’ait faite la veille. Aussi c’était pas facile à faire, c’était pas une super réussite visuelle non plus, mais au final le goût était plutôt au rendez-vous. Jeudi ce trouve ça tout à fait bon, la famille aussi donc c’était plutôt une réussite.
Aussi le lendemain au soir par contre, le 25, c’était le Noël chez la famille de ma copine c’était la première fois que je les rencontrais. Tu vois donc, je me suis bien gardé de dire à tout le monde qu’il fallait me faire un repas spécial, préférentiel et différent pour moi. Tu vois donc, je me suis contenté toute la soirée de refuser poliment les petits toasts de saumon et les autres choses du genre qu’on m’a proposé, les plateaux de fromages et tout ça, et en gros j’ai surtout mangé du pain et de la salade de fruits. Je ne te cache pas que j’ai pas beaucoup mangé et que j’ai bu du coup, et je suis rentré me faire à manger après parce que j’avais faim en rentrant. Quand même en conclusion, voilà on aurait pu s’en douter, mais avec de la préparation et la complicité des proches ça devient très facile de fêter et de manger entièrement végétal notamment pendant pendant les fêtes de fin d’année. On va avoir encore nouvel an, mais ça ne devrait pas poser trop de problèmes non plus. Et sinon, lors de situations sociales un petit peu plus on contrôle, et bien entendu ça peut très vite devenir très dur et un petit peu inconfortable suivant quoi donc il faut essayer de bien se préparer à l’avance et beaucoup mieux. Donc voilà on se retrouve en janvier pour la dernière update après la dernière fête de fin d’année.

Dernier repas de Fête

Salut alors voilà on est le 2 janvier. Bonne année !
On va passer à la dernière petite diet de ces derniers jours. Alors samedi dernier, le 29 décembre, sauf erreur on a testé un restaurant vegan entre amis, qui consiste en un énorme buffet 100% végétarien et 80% vegan à peu près, avec plein d’invités acteurs qui expliquent ce qu’il y a dans chacun des plats qu’on peut prendre. C’était vraiment super sympa, c’était très bon je suis bien content d’avoir testé et puis j’y retournerai avec plaisir d’ailleurs. On s’est aussi fait un petit atelier burger 100% vegan avec ma copine, le résultat était vraiment top ! En l’occurrence, pas exactement le même coup qu’avec de la viande bien sûr mais c’était pas moins bon c’était un peu différent, je te recommande de tester Jean Roch frères.
Ensuite il y a une nouvelle, lundi dernier j’étais chez un pote très sympa, une soirée cool. Il avait prévu une tourte à la viande. Donc j’ai mangé avant d’y aller histoire de préparer le coup mais en fait, il y avait des tourtes vegan, donc j’ai pu manger c’était sympa, pas de dessert par contre. Mais voilà on avait assez de boisson pour se remplir l’estomac. Voilà on arrive donc à la fin de ce mois 100% végétalien et c’est le moment de tirer quelques bilans finaux sur cette expérience ainsi que de voir comment je compte procéder pour la suite.

Le petit bilan sur toute cette expérience

Tout d’abord je voulais juste préciser que j’ai utilisé le mot vegan dans le titre et dans cette vidéo uniquement parce que c’est un mot que la plupart des gens reconnaissent bien. J’étais pas vegan à proprement parler, je ne sais pas si mon portefeuille c’est du cuir ou pas. J’ai pas vérifié si les produits que j’utilise ont été testés sur les animaux, ce genre de choses. Concrètement j’étais végétalien, c’est juste mon alimentation que j’ai changé, partons sur les bilans finaux. Alors je vais revenir sur le « pourquoi j’ai fait ça ».
Au début, c’était autant pour une expérience et un défi personnel que pour changer mes habitudes de consommation, et donc de diminuer mon impact principalement sur la planète et tous ceux qui vivent dessus. Mais plus j’ai avancé dans le mois, plus c’est devenu facile en fait. Une fois que mon corps et mon quotidien se sont adaptés, l’esprit challenge, il est un petit peu parti et c’est vrai que mon discours intérieur, le pourquoi je faisais ça, a graduellement changé.
Je crois beaucoup en le fait que ce sont nos actions qui vont influencer notre mentalité et non l’inverse donc si moi je m’observe intérieurement, ne plus manger de produits animaux, bah mon mental il se doit d’aligner mes pensées et mon identité de façon rationalisée. Pourquoi je fais ça ? De façon à pouvoir rester cohérent grâce à ça petit à petit je deviens, même je suis, quelqu’un qui mange moins de produits animaux et qui croient en les impacts positifs que ça peut générer autour de lui. Et j’ai vraiment l’impression que cette expérience m’a changé et a laissé des traces pour toujours dans ma façon de penser.

Le bilan sportif

On passe au bilan sportif et intellectuel ! Alors comme on l’a vu, mon énergie, mon humeur, ma motivation on bien plongé, en fait
au début pendant les huit ou neuf premiers jours. Cela a été difficile jusqu’à ce que ça remonte assez rapidement et que ça se stabilise à nouveau, que ça continue de progresser. J’ai pu ensuite recommencer à progresser sportivement comme si de rien n’était. Mon travail, globalement, il a été assez peu affecté. Alors au début, j’avais des maux de tête et forcément j’étais pas très motivé, je n’avais pas très envie de travailler. Mais comme pour le reste, ça s’est assez vite réadapté à la normale, tout ça je pense, était dû au fait que mon corps il a dû s’adapter à cette nouvelle façon de manger, ça a été le choc un petit peu sur le moment. Il me l’a fait ressentir et je pense aussi que le fait d’avoir fait plus attention à mes protéines et d’avoir une veillé à une meilleure variété dans ce que je mangeais, ça rehausse le bilan nutrition.
Alors j’en ai déjà beaucoup dit au fil du mois, mais ce que j’en retiens globalement c’est que, moi qui pensait avoir des bonnes connaissances sur la nutrition, cette petite expérience m’en a encore appris énormément. J’ai découvert tout un côté de la nutrition que je connaissais très mal au final, et je suis sûr que cela va impacter ma façon de me nourrir pour toujours. En l’occurrence là, je suis quelqu’un qui aime manger des choses simples, bonnes et efficaces. J’ai pas du tout envie de mettre beaucoup d’efforts dans la préparation de la nourriture, donc les longues recettes et le renouvellement constant de ce que je mange ça m’intéresse assez peu donc j’ai pas trop expérimenté avec ça. Mais quand même, à Noël tu vois, j’ai quand même fait des petites recettes comme ça, sans trop entrer dans les détails. J’ai quand même envie de préciser que j’ai pas pris à la légère les éventuels débuts ou les déficiences en vitamines et en minéraux donc je me suis complémenté tous les jours avec de la vitamine D. Ce que je fais de toute façon en hiver avec un complexe de vitamines B ainsi qu’avec du Zinc et du Magnésium histoire d’être sûr, d’assurer un petit peu mes arrières à ce niveau là.

Le bilan vie sociale

Alors le bilan vie sociale et pratique on en a aussi déjà parlé et ce qu’on peut en conclure. Les gens autour de toi sont sensibles à leur consommation animale et moins ils sont au courant que toi tu ne l’es plus, plus ça va être difficile, voire pénible socialement. Bon, c’est concluant, ça semble assez logique tu vas me dire, et c’est vrai. Et au final tout dépend de ton environnement de base et de comment tu décides de l’influencer ou de le changer personnellement. J’ai aussi la chance d’avoir eu le soutien de ma copine tout le long de ce mois. Elle était déjà presque végétarienne à la base donc ça a aidé, mais quand même elle a été d’accord de s’adapter quand on mangeait ensemble, c’est à dire très souvent et donc de manger 100% végétal.
Bien, et maintenant qu’est ce que je compte faire pour la suite ?

Et pour la suite ?

Alors pour répondre à cette question, je pense que je devrais revenir un tout petit peu sur le « pourquoi quelqu’un déciderait de changer son alimentation ». De cette façon à mon avis, faut pas devenir vegan ou végétariens dans le but d’obtenir une meilleure condition physique ou d’être en meilleure santé ou juste parce que ton conjoint ou ton pote a décidé de le devenir.
Je pense que ça devrait surtout provenir d’une une morale ou d’une éthique personnelle. Cela ne devrait pas être réprouvé comme un sacrifice ou comme des privations. Au contraire, je pense qu’on devrait se sentir plus soulagé d’esprit quand on fait ça, simplement parce qu’on y croit. Vraiment voilà déjà pourquoi, à mon sens, ça sert à rien de vouloir forcer quelqu’un à changer sa façon de manger ou de vivre. Je pense que la meilleure chose à faire c’est peut-être de l’encourager à expérimenter, à rechercher, à s’instruire sur ces différentes choses de façon à ce qu’il puisse arriver à ses propres conclusions. Y croire vraiment peu importe, si elles sont différentes bas des tiennes, des miennes, tout ça pour dire que cette expérience a pas mal changé ma façon de voir mon alimentation et ses répercussions. Elle m’a appris beaucoup de choses et si je suis devenu végétalien du jour au lendemain c’est ce que j’ai fait. Alors c’était pour réduire ma consommation animale mais c’était aussi pour faire le spectacle tu vois pas ce que j’en ai fait une vidéo Youtube. Je savais aussi que je faisais ça pour ça et c’était pas uniquement par conviction personnelle. Alors bon mes convictions ont évolué au fil de ce mois, sans aucun doute, au point où j’ai vraiment envie de diminuer mon impact à plus long terme, notamment écologiquement. Mais je me sens pas prêt, ou pas encore, à restreindre tout le temps mon alimentation. Je l’ai fait pendant ce mois-ci et tu vois, le verbe que j’utilise « restreindre » indique très bien cela. Je pense parce que quand il y avait par exemple 2% de poudre de lait dans un aliment que j’ai pas pu le manger je me suis senti un tout petit peu privé parce que, pour la petite anecdote, au fil de ce mois j’ai mangé 100% végétalien. Toujours à ma connaissance en tout cas, sauf une seule fois une seule fois il y a une amie qui m’a préparé en vitesse un tupperware quand on partait en voiture quelque part, et il y a un petit morceau de poulet qui s’est perdu dedans. Et je peux te dire que quand le truc est arrivé dans ma bouche et que j’ai senti la texture et le goût du poulet dans ma bouche pour le coup ça marche, ça m’a vraiment, ça m’a vraiment dégoûté, et surpris vis-à-vis de moi-même de cette réaction. Comme quoi vraiment ma façon de manger avait pas mal changé et ça du coup, c’était trois semaines après avoir commencé quelque chose comme ça. Voilà tu l’aura donc compris, je compte réintroduire des doses modérées de produits laitiers dans mon alimentation de façon déjà, à me permettre d’avoir un meilleur contrôle sur mes apport en vitamines en minéraux et en protéines, ainsi que pour me permettre un peu plus de variété dans ce que je mange. Je n’ai par contre, pas l’intention de remanger de la viande ou du poisson. Et donc si tu as envie de me coller une étiquette je crois que ça fait de moi un nouveau acte au végétarien.
Voilà je pense être quelqu’un d’assez respectueux des choix et des décisions des autres, et donc je te demanderais au moins un petit peu de tolérance vis-à-vis des miens avant que tu n’écrivent un commentaire sous cette vidéo. Quoi qu’il en soit, je pense refaire des expériences sur moi même comme celle ci assez régulièrement, et si tu as des idées et des suggestions n’hésite pas, mets-les en commentaire. Si tu veux me soutenir tu peux toujours, like la vidéo, tu peut la partager avec quelqu’un qui pourrait trouver ça intéressant qui auraient envie éventuellement de changer sa consommation alimentaire.
Et voilà ! Moi je me réjouis de sortir la prochaine vidéo, j’espère que tu seras là pour la regarder avec moi et en attendant, prends soin de toi !


Vous recherchez comment avoir une vie plus saine ? Ne cherchez plus : ce guide de Fitness vous guidera sur la bonne voie pour rester en bonne santé.

€17.94

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer